La couverture :

Servant d’abord à protéger le bâtiment contre les intempéries, la couverture doit aussi chez nous avoir une bonne résistance mécanique afin de résister au poids de la neige qui s’accumule parfois.

Plusieurs matériaux existent. Ils ont tous des avantages et des inconvénients…

L’esthétique de la couverture compte puisqu’elle est visible depuis l’extérieur. Celle-ci peut avoir un aspect traditionnel ou plus moderne. Certains produits nécessitent plus d’entretien que d’autres ou ont une durée de vie plus limitée. Il faut donc trouver le produit qui convient à vos envies et à votre budget.

Voici les principaux produits que Profil Bois utilise :

L’ardoise est la couverture traditionnellement utilisée dans la vallée. Il s’agit d’une pierre naturelle taillée dans la roche et calibrée de façon artisanale selon plusieurs formats : 16x24cm / 19x27cm / 20x30cm / 22x32cm. Elle était produite en masse dans la vallée des Prodains à Morzine depuis la fin du 18ème siècle, mais devient de plus en plus difficile à trouver de nos jours. En effet, les carrières se sont épuisées et seuls quelques artisans exploitent encore leurs mines, ce qui explique un prix élevé.

Même si elle peut avoir une excellente tenue dans le temps (parfois plus de 50 ans) il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un produit 100% naturel et qu’elle finit par devenir poreuse, friable et par perdre son étanchéité.

Mode de pose : Chaque ardoise est clouée une à une à la main sur un simple plancher.

La lauze est également issue des carrières d’ardoise. Il s’agit en fait du même type de couverture, mais non formaté cette fois. Les propriétés et la résistance sont équivalentes à celles de l’ardoise, et elle est encore plus difficile à produire car sa taille est supérieure. Le rendu final donne un aspect brut, authentique, bien adapté aux toits de grandes surfaces, et se marie particulièrement bien aux charpentes faites de vieux bois.

Mode de pose : Chaque pièce est ajustée puis clouée à la main sur un plancher. Mais comme toutes les pièces sont différentes, la difficulté de la pose consiste à trouver la bonne place à chacune. Une lauze peut être parfaitement adaptée à un endroit mais pas du tout sur l’emplacement voisin. On dit alors qu’elle « boite ». La pose est donc plus longue et fastidieuse.

L’ardogrès est également une ardoise, mais cette fois de conception industrielle. Produite en Italie, elle est faite de grès cérame ce qui la rend inaltérable dans le temps. Garantie 50 ans par son fabricant, elle reste imperméable et résistante au gel. Elle empêche l’arrivée des mousses et des champignons et n’a donc besoin d’aucun entretien.

Parfaitement calibré au format 25x40cm, chaque carreau a une épaisseur régulière de 9.5mm ce qui confère robuste et permet de marcher facilement sur le toit. La surface est légèrement structurée et teintée selon 3 nuances pour donner un aspect naturel et ainsi imiter au mieux l’ardoise.

Mode de pose : Chaque ardogrès est visé un à un à la main sur un litelage de 38x58mm.

La tuile terre cuite dite « plate » est de plus en plus utilisée dans la vallée. Son rapport qualité prix est un véritable argument. Elle est rapide à poser, durable et esthétique. Plusieurs fabricants nous fournissent des produits différents par la taille, l’aspect et la couleur, mais celle que nous posons le plus est l’ALPHA 10 d’Imerys produite en France à Ste Foy l’Argentière.

Ces tuiles ont pour format 45,5x31cm pour un poids de 4.43 kg ce qui veut dire qu’il faut environ 10 tuiles pour couvrir 1m².

Nous utilisons aussi d’autres modèles de tuiles plates dont l’allemande Erlus Linea disponible en plusieurs coloris.

Mode de pose : Elles ne sont pas fixées (sauf les tuiles de rive sur les bords du toit), mais simplement posées sur un litelage de 27x58mm. Leur poids et leur système d’emboîtement double les maintiennent en place. Elle sont généralement disposées joints croisés.

Le tavaillon était le matériau de couverture utilisé partout en Haute Savoie depuis le moyen age jusqu’à l’apparition des ardoises de Morzine. Sa simplicité et sa facilité de production en était la raison. Faites de bois (mélèze, cèdre rouge), ces petites tuiles sont faciles à travailler avec des outils rudimentaires, mais offrent une durée de vie réduite. L’étanchéité est moins fiable que les autres modes de couverture, c’est pourquoi nous la posons doublée d’un pare-pluie à chaque rang. Par contre, sa souplesse rend le tavaillon incassable.

Mode de pose : Les tavaillons dont cloués après avoir été fendu un par un à la bonne largeur, c’est à dire à joins croisés.

Le Bardeau mélèze est aussi une tuile en bois mais de taille supérieure et calibrée en usine. Ses cotés sont dotés de deux petites rigoles empêchant l’eau de pénétrer les différentes couches par capillarité.

Mode de pose : Il est disposé à joins croisés puis cloués au cloueur automatique. Il est possible d’aligner ces tavaillons sur leurs rangées, mais aussi de les espacer verticalement pour donner un effet plus rustique.

Le bardeau est un matériau de couverture fait à partir de papier goudronné recouvert de sable grossier. Sa très bonne étanchéité le rend particulièrement bien adapté aux toits de faible pente.  En revanche, le toit doit être très bien ventilé car le bardeau ne laisse pas passer l’air non plus. Sa faible épaisseur le rend vraiment souple, mais parfois délicat à travailler en cas de forte chaleur car il devient mou. Avec le temps des mousses peuvent apparaître s’il n’est pas entretenu.

Son aspect est plus fin et il est disponible en plusieurs teintes.

Mode de pose : Les bardeaux sont fixés au cloueur automatique sur un plancher bois et donc est assez rapides à mettre en place.

Le bac acier, aussi appelé « tôle » est une couverture métallique peu utilisée car peu esthétique. Interdit pour ces raisons dans certaines communes, il est cependant résistant à toute épreuve. Encore visible sur de nombreux chalets d’altitude, il est efficace car facile à mettre en place, et très étanche.

Mode de pose : Le bac acier est vissé sur un plancher bois au moyen de vis spéciales avec rondelles étanches.

Arrêts de neige :

Pour éviter que la neige accumulée sur la toiture ne glisse et tombe d’un coup en bas de l’habitation, nous disposons des « arrêts à neige » partout sur la couverture. Sous forme de petits crochets métalliques, et parfois reliés entre eux par des rondins de bois, ils sont fixés sur le plancher ou le litelage de couverture et traverse celle-ci entre deux tuiles.

Arrêts de neige simples
Arrêts de neige avec rondins
En résumé :
  • Large choix de produits pour répondre à vos besoins et votre budget.
  • Des arrêts de neige empêchent la neige de glisser pour éviter les accidents.